Une victoire pour les grévistes de la faim.

Depuis le mois de mai une juge américain s’intéresse au cas des grévistes de la faim de Guantanamo dans le cadre d’une procédure qui pourrait mener bientôt à la permission pour les détenus de refuser d’être nourris de force comme cela se fait actuellement.
Ces grèves de la fin révèlent la condition particulière d’une catégorie très spéciale de prisonniers, les “détenus à durée indéterminée”. Si un CDI peut être le graal de tout chômeur, il semble évident que ces IDI (incarcérations à durée illimitée) sont plutôt une sorte d’égout juridique honteux dans un pays se revendiquant démocratique et épris de liberté.
Afin de protester contre leur traitement au sein du pénitencier américain, certains captifs ont démarré une grève de la faim. Ces jeûnes volontaires sont cachés des autorités américaines dans les rapports de fonctionnement de Guantanamo, tout juste évoquent-ils de “fortes pertes de poids” chez certains prévenus.

Il est donc quasi miraculeux de voir que la justice américaine a fini par entendre leurs cris d’alarme après plus de 12 ans.

Plus de détails ici.

Leave a Reply

Your email address will not be published.